L'église Romane d'Aureil-Maison (88320)

Publié le par Bertrand de Marseivilla

Le village d'Aureil-Maison possède une chapelle dont la construction est contemporaine de la période des compagnons de Valérien. Nous ne parlons pas ici d'autres pièces très interessantes que contient la chapelle comme une vierge à l'enfant du XVIème siècle, une mater dolorosa du XVème et une stèle funéraire du XIVème, car elle ne concerne pas notre époque.

Aureil-Maison se situe dans le sud du département des Vosges. Le nom de la ville serait d'origine gallo-romaine, "Aurelii mansio" désignant la manse d'Aurelius. Preuve en est la présence d'une villa gallo-romaine.

La chapelle est située sur un éperon barré au milieu d'une enceinte de terre. Elle date de la fin du XIIème siècle et remplace un sanctuaire plus ancien cité en 1044 dans la charte de fondation de Brunon de Dabo evêque de Toul futur Pape Léon IX. La donation est confirmée en 1188 par l'evêque de Toul Pierre de Brixey et par le Pape Celestin III en 1195. Après avoir été mentionnée sous le nom d'ecclesia elle est appelée capella. C'était une annexe de l'eglise de Villotte deservie par un vicaire.

L'abside qui était primitivement aveugle est voutée en cul de four et entouré de cinq arcatures en plein-cintre surmontées d'une corniche de billettes reposant sur des colones à chapiteau sculptés de volutes et de palmettes. Seul deux d'entre eux sont anciens. L'autel qui est contemporain du choeur est composé d'une dalle de pierre sur un socle central.


Le choeur est vouté en croisée d'ogives. Celles ci se perdent en s'amincissant entre doubleaux et formerets. Les doubleaux retombent sur des piliers rectangulaires. Le mur porte cinq croix de consécration gravées au trait et peintes.
La nef aujourd'hui  plafonnée en lambris à été construite en blocage alors que contre le mur du choeur deux piloastres et débuts d'arcatures laissent penser que l'on avait prévu de construire des bas cotés.
Le porche simple possède des archivoltes appuyées sur des chapiteaux ornés de feuilles lancéolées (à crochet). Aux angles apparaissent des chapiteaux. Celui de droite figure deux têtes de beliers alors que celui de gauche figure une tête de loup. Ils proviendraient, selon le chanoine Albiser, d'un ancien sanctuaire celtique. On peut apercevoir au coin de la sacristie et de l'abside une dernière croix de consécration.

Au dessus de l'autel se trouve une statue reliquaire de vierge à l'enfant en chêne autrefois polychrome, datant de la fin du XIIème ou du début du XIII ème siècle.

D'après Evelyne Relion et Bruno Dieuleveult dans le prospectus disponible à la chapelle d'Aureil-Maison. Photographies Bertrand Guérin.

Pour en savoir plus :

La Marche, Dr. GERMAIN, le sapin d'or, 1981.

Guide illustré de la plaine des Vosges T.III, chanoine ALBISTER, 1979.

Publié dans Architecture

Commenter cet article